TAO TE KING de LAO TSEU

 

Cliquez ici

 

Nous échangeons régulièrement des idées autour de LA PAIX

Tous les 17 du mois il y aura une publication d'une rédaction sur les haïkus.

Premier cours de haïku « Joshintaï »

 

 

 

Pourquoi « Joshintaï » ?

 

« Joshu » est l’auteur de ce travail, « shin » est une référence à la sagesse et « taï » va de soi : paix, calme. Ainsi la continuation du club de haïku représente les haïkus qui peuvent apporter un peu de calme et de paix. Entre-temps, le haïku a évolué de ses règles japonaises rigoureuses à une plate-forme plus large. Tout est maintenant possible et permis. Les strictes règles d’autrefois ne sont plus appliquées, mais bien sûr je les estime incluses, car on a bien besoin de cette discipline rigide qui est typique au Japon, pour le Japon et pour chaque poète japonais de haïku. Je pense bien sûr automatiquement à Bashô. L’extension et l’enrichissement, dû à l’élargissement de la plate-forme, offrent des possibilités hors des saisons, ainsi que des réflexions philosophiques, il y a de temps à autre la place pour une observation théologique et c’est un terrain très vaste et ouvert qui vous laisse très libre de beurrer toute une tartine en 17 morceaux : c’est ce que j’ai pris plaisir à faire.

Ce mois-ci je termine la production d’environ 200 haïkus, écrits donc en très peu de temps. Penser freine le haïku, il doit sortir comme je l’ai écrit : par hasard, le long d’un peu d’encre de Chine sur le papier. A cela j’ai aussi consacré un haïku qui viendra plus tard.

 

Pour septembre nous allons nous en tenir à celui qui suit :  je suis un petit peu tombé amoureux des petites tourterelles dans Gaspard. Gaspard est notre sapin ici et les petites tourterelles ont toutes les deux fait un nid, elles sont le symbole de la fidélité éternelle.

 

 

Le haïku est le suivant :

 

 

 

Les petites tourterelles

 

Roucoulent ensemble leur chant du matin

 

Comme ça et pour rien

 

 

 

L’hexagrammologie est fantastique :

 

Hex.6

Hex.61 (lignes 2,3,4,5)

Hex.13 (lignes 1,4)

Hex.10

 

 

Je pourrais y consacrer un cours de Yi King complet car Hex.6 c’est déjà harmonie, être assortis, faire ensemble de la musique. Hex.61/2 parle du petit couple et de la télépathie entre les deux, du lien émotionnel et de roucouler ensemble. Hex.61/3 c’est un peu de boucan, tambouriner, mais c’est aussi le roucoulement. Leur petit nid, le sapin, la large nature, on les retrouve dans l’Hex.13/1 : le sapin est accessible même aux tourterelles. Dans Hex.13/4 on les voit enfin fantastiquement à l’œuvre. Dans Hex.10 elles représentent un tao : agréable, joyeux… et le matin est clair aussi : le lever du soleil (Hex.13). On voit le fait d’être ensemble. L’accent est encore une fois mis sur l’accessibilité « comme ça » pour chacun et pour rien, gratuitement, comme finalement toute la nature produit ses fruits.

 

Ceci en toute petite introduction. Je répète le haïku :

 

 

 Les petites tourterelles

 

Roucoulent ensemble leur chant du matin

 

Comme ça et pour rien

 

 

J’ai essayé de traduire cela musicalement avec le son qu’elles font ensemble, et à partir de là j’ai fait une vingtaine d’improvisations, dont la suivante. Cela n’est pas préparé mais seulement basé sur le roucoulement des petites tourterelles.

 

https://soundcloud.com/user-429163422/musique-accomp-haiku

Le haïku peut librement s’étendre à la créativité, à l’hexagrammologie Yi King, à la musique, à une peinture, une sculpture, une danse, une chorégraphie moderne. Le haïku donne une palette polyvalente à une activité créative vraiment forte. Pour moi non plus le haïku n’est plus séparé de la nature. Ceux qui arrêtent d’acheter des CD et des DVD peuvent sûrement mettre en marche le jukebox de mère nature. C’est là que se trouve l’inspiration et la motivation pour être créatif en tout sans limite.

Puisse ce premier cours d’élargissement du haïku « Boshu » porter à nouveau des fruits et vous donner, dans des moments calmes et solitaires, la force d’écouter ce que mère nature a à nous raconter à l’extérieur. Même les tourterelles nous rappellent le bon vieux temps, peut-être bien avant le paradis terrestre. Peut-être avons-nous vécu ainsi. On dit que nous aussi avons vécu dans les arbres, que nous y avons fait notre nid. Nous ne sommes donc pas très loin de cet immense, magnifique évènement cosmique. J’en reste là, continuez à en profiter et j’espère que nous nous retrouverons lors d’un concert de haïku !

 

Je répète volontiers que « Boshu », le club de haïku initial ici à Buzy, se poursuit en « Joshintaï » : un sentiment de paix qui vient d’une force d’âme de sagesse. « Joshu » c’est pour être heureux dans la vie. Un haïku peut changer votre vie. Cela m’est arrivé aussi. Avec le haïku j’ai retrouvé plus de joie dans ma vie, cela m’a rapproché de la nature, des plantes, des bonsaïs, des animaux, en particulier aussi des oiseaux que nous nourrissons copieusement de bon matin et à qui nous jetons encore un peu de grain le soir. Un haïku donne toujours de la force et un sérum neuf pour des variations et de nouvelles improvisations. Je termine avec ce que je viens juste d’écrire :

 

 

 Les petites tourterelles

 

Ensemble dans le nid du sapin

 

Roucoulent de leur mieux

 

 

La rime est incluse (Ndt. En flamand !), pourquoi pas ? Je pense que les langues et la poésie doivent avoir des possibilités de confluer dans une synthèse plus large. Je le fais aussi dans le monde du haïku : rassembler beaucoup de choses qui ont toutefois des attaches avec l’ancienne prose, avec la poésie et avec le pays que j’aime beaucoup : le Japon. Sur les petites tourterelles j’ai environ un recueil de prêt.

 

Cherchez quelque chose qui vous touche à l’intérieur : un animal, une plante, une simple fleur et cela peut, comme par enchantement, transformer votre vie en une redécouverte de ce que le tao doit être. Lao Tseu a passé beaucoup de temps sur ce sujet où il indique bien de quitter les chemins de la science, que j’ai effectivement parcourus, pour s’abandonner au tao qui monte et descend, qui est si imprévisible et qu’on ne peut exprimer dans des lois. Finalement le tao est une soirée dansante et les lois ne restent que des colonnes de chiffres statiques. Pour moi les petites tourterelles sont aussi symbole de ce tao. Parfois on ne les entend pas et puis de nouveau de bon matin et tard le soir elles se manifestent et signalent où se trouve le petit mâle ou la petite femelle.

 

 

Je termine encore une fois avec le haïku :

 

 

 Les petites tourterelles

 

Ensemble dans le nid du sapin

 

Roucoulent de leur mieux

 

 

 

Shalom

 

Encore un haïku supplémentaire : 

 

 

 

Papillons japonais

 

S’ébattant sur des lis

 

Petites taches de rousseur dans le soleil